lundi 1 mars 2010

Vidanges



Tim Noble and Sue Webster, dirty white trash


lundi 22 février 2010

Toune du jour = Toune + jour



Une toune. Un jour. Une toune par jour. Toune du jour. C'est ça, oui...

Mon nouveau blog consacré à la musique. Pour ceux qui aiment ce que font:

Brian Eno Eluvium
Lou Reed The Beta Band
Broken Social Scene Sufjan Steven
Atlas Sound The Kinks
Syd Barrett Grizzly Bear
Circulatory System Fred Fortin
Clues The Besnard Lakes
Liars Panda Bear
Neu! Neil Young
Fleet Foxes Bon Iver
Broadcast cLOUDDEAD
WHY? Stars Of The Lid
Sandro Perri Pawa Up First
Black Mountain The Olivia Tremor Control
Pis toute pis toute...

Si vous connaissez aucun de ces groupes ou auteurs et que vous êtes curieux, allez-y!
Si vous connaissez aucun de ces groupes ou auteurs, que vous n'êtes pas curieux, que vous ne voulez pas y aller, c'est un peu triste...

Ça vient de commencer, alors il n'y a qu'une toune pour le moment. Rien ne vous empêche de la faire jouer en boucle, parce qu'elle est vraiment bonne en plus...

Toune du jour sur Facebook


jeudi 18 février 2010

Galaxang



J'ai fait ça il y a quelques années, dans une autre vie, à un moment où je m'improvisais autodidacte du design graphique... Je regarde cette image et j'ai peine à croire que c'est de moi.




jeudi 4 février 2010

Weird Science - Dernière chance



"Attends, je vais être plus clair: le bonheur, pour moi,


s'il fallait chercher à l'identifier, à le saisir sur le vif,


c'est l'émotion absolue que je ressens lorsque j'écoute certaines chansons


ou que le ciel a une couleur qui me plaît tout particulièrement.


À chaque fois que je ressens la nécessité de partager de tels moments pour mieux les matérialiser,


c'est la pensée d'une femme idéale qui me vient à l'esprit.


À chaque fois, je me dis qu'une inconnue quelque part,


susceptible de ressentir ou de comprendre la même sensation que moi


au même moment, incarne ce bonheur.


Mais je crois que ce bonheur est comme cette femme,


comme cette sensation:


il est immatériel, il n'existe pas.


Le bonheur,


l'avenir,

est une parfaite


et perpétuelle inconnue,


dans tout les sens du terme."

- Nicolas Fargues, J'étais derrière toi



vendredi 29 janvier 2010

Insensé



Le Sens s'est enfargé, il a déboulé l'escalier. Personne n'a pleuré, personne n'a ri. Le Sens s'est relevé, a épousseté ses vêtements du revers de la main, a replacé sa chemise. Il reprit son chemin, clopin-clopant.

C'était un mercredi et le Sens n'en avait cure. Les jours de la semaine, choses beaucoup trop changeantes, sont pour lui si futiles tant la vie lui est légère. L'important est de bien se nourrir, se balader au bon moment et de chercher un résultat à tout entreprise. Le reste n'est que complément optionnel.

Si le Sens avait rendez-vous, il n'en tenu pas compte. Sa chute impromptue l'avait déboussolé et ne pensait dès lors qu'à son médecin de famille. Il se devait de lui rendre visite, ne serait-ce que par courtoisie.

C'est lorsqu'il entra dans le cabinet qu'il s'écroula. Secoué de convulsions, le Sens se faisait de la bile. Les gens qui s'attroupèrent autour le regardèrent, troublés, bouches béantes et yeux écarquillés. D'aucun ne sut quoi faire, d'aucun ne fit quoi que ce soit. Le Sens cessa spasmes et tremblements et tranquillement, rendit l'âme à qui de droit.


jeudi 28 janvier 2010

Rêve ado



Remarquable sortie musicale: troisième album du duo Beach House "Teen Dream", une douzaine de plages tout en mélodies flottantes, suaves et langoureuses. À écouter avec l'autre ou seul parce qu'on pense à l'autre.





À la Sala Rossa, le 29 mars 2010.



mardi 12 janvier 2010

Mots



Je sais, ces temps-ci je m'exprime davantage par images et beaucoup moins par mots. Certains événements récents dans ma vie ont quelque peu réfréné cette envie. Désolé pour ceux qui aiment mes récits, c'est passager, ça reviendra en son temps... En attendant, j'ai rien à dire ou plutôt pas l'envie de raconter. Les histoires grandissent tranquillement dans ma tête parce que l'hiver m'hiberne. Et quand ce sera le temps, espérons que la direction d'Une vie inutile considérera ma candidature et me prendra sous son aile (qui sait?).

***

J'ai dépoussiéré ces deux disques d'Elliott Smith hier et c'est la musique qui convient parfaitement à mon état: assez de lumière pour supporter le manque de, assez de douce mélancolie pour l'accompagner.




Deux excellents albums, idéal pour le pantouflard que vous êtes...



dimanche 3 janvier 2010

mercredi 30 décembre 2009

Rencontre entre Jean Cocteau et James Woods
















****

James Woods: Bonsoir.
Jean Cocteau: Salut.
James Woods: Désolé du retard... Fallait que j'aille chercher l'épagneul de ma blonde.
Jean Cocteau: Ah oui? Où ça?
James Woods: Au centre de toilettage, c'est un chien de compet'.
Jean Cocteau: Très bien! Très, très bien!
(silence)
Jean Cocteau: J'ai cru bon de commander pour vous... voilà, tenez.
James Woods: Ohh... C'est à quoi?
Jean Cocteau: Pistache.
James Woods: Bon...
Jean Cocteau: Il y a un problème?
James Woods: Oui... Eh bien d'abord, c'est tout fondu et ça coule partout...
Jean Cocteau: D'accord, bon j'attend depuis un moment déjà...
James Woods: Aussi, j'ai une allergie aux noix.
Jean Cocteau: Ahh! La bourde...
James Woods: Hé oui!
Jean Cocteau: Vraiment désolé... vraiment.
James Woods: Vous pouviez pas savoir.
(silence)
James Woods: Vous venez souvent, ici?
Jean Cocteau: Oui! C'est un de mes endroits préférés! J'adore le cachet, l'ambiance...
James Woods: C'est mal éclairé.
Jean Cocteau: Vous trouvez?
James Woods: Les fluorescents, ça me donne la migraine.
Jean Cocteau: Je viens de jour, la plus part du temps.
James Woods: D'accord.
(silence)
James Woods: J'en ai une bonne pour vous!
Jean Cocteau: Allez-y.
James Woods: Une mère dit à son garçon: "N'oublie pas que nous sommes sur terre pour travailler" et le garçon, de lui répondre: "Alors moi, plus tard je serai marin!".
(silence)
James Woods: Vous la connaissiez?
Jean Cocteau: Non.
(silence)
Jean Cocteau: Dans votre histoire, le petit garçon est un peu épais: être marin, c'est un métier.
James Woods: Aahh... mais oui, j'y avait pas pensé.
(silence)
James Woods: Bah, au bout du compte, ce sera la mère qui aura eu raison!
Jean Cocteau: Oui.



lundi 28 décembre 2009

Guillotine




Probablement la chose la moins rassurante lorsqu'on se lance en affaire est de faire son dépôt à la caisse avec une grosse lame au-dessus de la tête...


samedi 26 décembre 2009

Weird Science




tu es elle,















elle


et elle aussi.














rêveuse,















délicate,




















contemplative.

en hiver tu es comme ça,














l'hiver te fait ça



















et aussi l'hiver, tu fais ça.



l'été, tu es comme ça,




















comme ça


et comme ça.